Les parents face au cyberharcèlement

L’enfant harcelé en ligne peut hésiter à prévenir ses parents. Il est donc nécessaire de repérer des signes de malaise. Mais quelle attitude le parent doit-il adopter ? Quelles ressources sont à sa disposition ?

  

Facebook Jeunes IBS

© Steve Closset

 

 

Quels comportements présente un enfant harcelé en ligne ?

Les enfants qui se font harceler ont parfois de grandes difficultés à parler à leurs parents, parce qu’ils pensent qu’ils sont déjà assez occupés et qu’ils ne veulent pas les déranger, les surcharger ; par pudeur ou honte, ils préfèrent maintenir les apparences ; parce que les relations avec leurs parents sont compliquées et ne favorisent dès lors pas la communication, etc. C’est pourquoi il est important que les parents soient attentifs aux comportements de leurs enfants afin de repérer leur éventuel malaise.

 

Quelques comportements peuvent être reliés à du harcèlement en ligne mais doivent toujours être contextualisés tant on peut les retrouver dans d’autres problématiques :

  • refus d’aller à l’école ;
  • diminution des contacts avec les amis, isolement de l’enfant ;
  • moindre utilisation du gsm ou du PC ;
  • signes de déprime ;
  • irritation, colère ;
  • stress, peur ;
  • résultats scolaires en baisse.

 

Quelle attitude adopter ?

Les parents doivent surtout chercher à entendre le vécu de leur enfant, en évitant d’y substituer le leur ou de rajouter leurs propres émotions à une situation déjà difficile. Du sang-froid reste de mise. Il est important de se concentrer sur le bien-être de l’enfant avant même la recherche du fautif. Ne pas minimiser la situation.

L’enfant a besoin d’être reconnu dans ce qu’il vit, rassuré et d’entendre qu’on va trouver une solution. Avec son concours, son adhésion et à son rythme. Il esquissera peut-être des pistes d’actions, que le parent examinera avec lui afin d’en souligner les conséquences et les limites, et ensemble, ils chercheront une solution.

  

Quelles actions mettre en place ? 

  • Garder des preuves du cyberharcèlement pour une éventuelle procédure (captures d’écran, messages audio, etc.) ;
  • Identifier le harceleur (et ses relais) en vue de leur interpellation ;
  • Ne pas réagir à de nouveaux messages de haine, cela risquerait d’alimenter le plaisir du harceleur ;
  • Si l’école est concernée, prévenir la direction pour ne pas être seul face à ce problème ;
  • Bloquer les messages indésirables ou, le cas échéant, le n° de GSM du harceleur ;
  • Demander le retrait des propos/images offensants à l’auteur ;
  • Contacter l’administrateur ou modérateur du réseau social, du site web,… pour demander son intervention à l’encontre de la personne incriminée et/ou de ses propos ;
  • Signaler les faits auprès de l’hébergeur du site web, consulter l’opérateur GSM pour connaître les démarches à suivre ;
  • Porter plainte à la police si nécessaire ;
  • Changer de n° de GSM, créer une nouvelle adresse mail ;
  • Changer d’école, le cas échéant, pour protéger l’enfant et lui permettre de redémarrer, avec un accompagnement.

 

Peut-on prévenir le cyberharcèlement ?

Il semble difficile de réduire à zéro le risque de cyberharcèlement mais une « préparation » en amont permet d’y faire face de manière plus adéquate et moins traumatisante. Ainsi, apprendre aux enfants à utiliser Internet dans le respect de l’autre, la tolérance, l’empathie et la prudence doit leur inculquer des valeurs propres à diminuer la survenue de situations potentiellement problématiques.

Par ailleurs, installer le PC de l’enfant dans un lieu de passage lui signifie que ses parents veillent, ce qui le rendra plus prudent. Cela permet en outre de savoir ce qu’il fait sur Internet et, partant de là, d’en faire un sujet de conversation. Cela facilitera d’aborder par la suite les points positifs/négatifs d’Internet. Enfin, encourager chez les enfants des expérimentations sociales autres permet de multiplier les interactions, a fortiori positives, ce qui contrebalance un éventuel cyberharcèlement.

  

Quelles ressources pour les parents ?

  • N°103 « Ecoute-Enfants » (Aide à la Jeunesse - Fédération Wallonie Bruxelles) répond aussi aux questions posées par des parents inquiets ;
  • N° 0800 95 580 « Ecoute école » : pour informer l’école des difficultés traversées par votre enfant (Enseignement – Fédération Wallonie Bruxelles) ;
  • École : enseignant, titulaire, éducateur, directeur, préfet de discipline, PMS, médiation scolaire, équipes mobiles, centres PSE (Promotion de la Santé à l’École), Centres locaux de Promotion de la Santé, etc. ;
  • D’autres parents.

 

Sandrine MATHEN
Licenciée en sciences psychologiques

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be