Passages à niveau : ne prenez pas de risques !

 

Quels conseils de prudence lorsqu’on aborde un passage à niveau ? Que faire lorsque son véhicule est immobilisé sur les rails ? Dans la majorité des accidents, les conducteurs de véhicule et piétons impliqués sous-estiment les risques et s’engagent lorsque les barrières sont en mouvement voire fermées, malgré la sonnerie et les feux rouges ! 

En Belgique, on recense en moyenne un accident par semaine lors des traversées de passages à niveau, et en 2017 le décès de neuf victimes.

Gare Train IBS

 © Patrick Decorte



Impossible d’éviter l’impact d’un train en marche

Un train a besoin d’une longue distance pour freiner jusqu’à l’arrêt complet : à 90 km/h, il lui faut 800 mètres pour s’arrêter contre 70 mètres pour une automobile !

En juin 2018, la vidéo d’une simulation réalisée en conditions réelles (1) montre la force d’impact d’une locomotive lancée à 75 km/h contre une voiture immobilisée sur les rails d’un passage à niveau. Le véhicule est percuté à l’arrière gauche et projeté plusieurs mètres plus loin, tandis que la locomotive ne parvient à s’immobiliser que beaucoup plus loin. Les pompiers ont dû désincarcérer les trois mannequins installés à bord de la voiture.

La prudence est de mise à chaque passage à niveau

L’usager, même impatient, doit se rendre à l’évidence : on franchit un passage à niveau comme on aborde un carrefour dans lequel on n’est pas prioritaire. Il s’agit de redoubler de prudence et de respecter les dispositifs de sécurité prévus dans le code de la route et mis en place par INFRABEL, à savoir les panneaux de signalisation, les signaux lumineux et sonores ainsi que les barrières.

 

Comment franchir un passage à niveau ?

Ralentir à l'approche du passage à niveau, concentrer son attention sur les barrières, les signaux lumineux et sonores.

Ne pas franchir le passage si la sonnerie retentit et les feux rouges s'allument, même si les barrières ne s’abaissent pas encore.

Ne pas redémarrer tant que les barrières ne sont pas complètement relevées ET attendre que les signaux lumineux et sonores vous autorisent le franchissement.
Les barrières peuvent en effet stopper leur remontée et brusquement redescendre à l’approche d’un second train fort proche du premier : l’usager imprudent se retrouvera alors bloqué sur les rails.

S’assurer de ne pas être immobilisé sur le passage à niveau, ne s’y engager qu’à condition d’être certain de pouvoir le franchir en une fois (file de véhicules …).

Pas de sonnerie, de signaux lumineux ni de barrières ? Ralentir et prendre le temps de regarder attentivement à gauche et à droite pour voir si un train arrive.

La plupart des accidents sont dus à l’impatience d’usagers qui ne respectent pas la signalisation et franchissent le passage à niveau au moment où les barrières entament leur descente ou leur remontée ou, ne voyant pas de train, slaloment entre les barrières fermées (piétons).

 

Que faire lorsqu’on est immobilisé sur les rails ? 

En cas de panne sur les rails ou d’immobilisation à cause d’un bouchon, un seul réflexe : sortir de la voiture avec les passagers et quitter le passage à niveau. Puis utiliser le téléphone placé à proximité pour être localisé plus rapidement.

Si la voiture est seule sur les rails et bloquée par les barrières, il ne faut pas hésiter à les défoncer : le passage à niveau passera en mode en alarme, ce qui modifiera la signalisation en amont et permettra au train de ralentir peut-être à temps.

  

Franchir un passage malgré l’interdiction = infraction du 4ème degré

Il est interdit de franchir un passage à niveau lorsque les feux sont au rouge, le signal sonore retentit et les barrières entament leur descente ou ne sont pas totalement remontées.

Franchir un passage à niveau dans ces conditions, constitue une infraction du 4e degré, avec renvoi devant le tribunal de police. Les peines sont une amende importante et une déchéance du permis, que l’usager conduise un véhicule, se déplace à pied ou à vélo au moment de l'infraction.

 

(1) INFRABEL, Crashtest

 

Francis DEOM et Christian ARNOULD

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 30 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert : A-0024b

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be