COVID 19 : Garder le moral en quarantaine

La quarantaine est une des mesures imposées par les autorités dans la gestion sanitaire du COVID19. Elle est souvent une expérience stressante pour les personnes qui la subissent. Quels sont ses effets négatifs ? Comment prendre soin de son bien-être mental ?

 

IBS

© IMPACT 360

 

La quarantaine peut être définie comme le confinement et la restriction de mouvement des individus qui ont été potentiellement exposés à une maladie contagieuse afin de déterminer s’ils deviennent malades et ainsi réduire leur risque de contaminer d’autres personnes. La mise en quarantaine va de la quarantaine de masse, à l’auto-isolement à domicile.

Si la quarantaine sert l’intérêt public, elle n’en a pas moins des conséquences psychologiques liées aux facteurs de stress. Plusieurs études dans le cadre de diverses épidémies en attestent.

Cet article décrit succinctement les facteurs de stress, les effets psychologiques de la quarantaine. Il propose aussi quelques pistes pour mieux vivre la période en quarantaine, soit en tant que professionnel de la santé devant l’annoncer, soit en tant que personne directement concernée.

 

Facteurs de stress liés à la quarantaine - Impact psychologique

  • La durée de quarantaine. Plus la quarantaine dure longtemps (plus de 10 jours), plus elle est associée à un déclin de la santé mentale, à l’apparition de symptômes de stress post-traumatique, à des comportements d’évitement et à la colère.
    La personne qui décide de se mettre en auto-quarantaine vivra moins de stress puisqu’elle choisit de limiter elle-même sa propre liberté. Ce choix est par ailleurs perçu comme altruiste et solidaire.
  • La peur de l’infection. Les personnes en quarantaine peuvent manifester une attention accrue et des inquiétudes quant à la santé et aux symptômes physiques, parfois plusieurs mois plus tard. Elles ont également plus peur d’infecter les autres tout particulièrement les membres de leurs familles.
  • La frustration et l’ennui. La perte de la routine habituelle et la réduction des contacts sociaux et physiques liées au confinement provoquent de l’ennui, de la frustration et un sentiment d’isolement du reste du monde.
  • Des provisions inadéquates. Le fait de ne pas avoir accès à certaines ressources essentielles (eau, nourriture, vêtements, logement, médicaments, etc…) génère de la frustration et de l’anxiété, parfois plus bien longtemps après la quarantaine. 
  • Des informations inadéquates. Absence ou retard d’informations de la part des autorités ou encore des balises floues entourant la mise en quarantaine, comme une confusion sur ses raisons ou un manque de transparence perçu sont sources d’appréhension qui font craindre le pire.
  • Les pertes financières. L’arrêt d’une activité professionnelle sans avoir pu l’anticiper, les coûts de soins et d’autres charges imprévues risquent d’entraîner une détresse socioéconomique d’intensité variable. Celle-ci peut engendrer de la colère et de l’anxiété jusqu’à plusieurs mois après la quarantaine.
  • La stigmatisation par autrui. La personne mise en quarantaine risque d’être pointée du doigt et stigmatisée par certaines personnes de l’entourage (voisins, amis, collègues, famille), même une fois la quarantaine terminée. Cela pourrait impliquer des attitudes différenciées à son égard comme le fait d’être évitée, de ne plus être invitée à des activités sociales, d’être abordée avec suspicion ou critique.
  • Le retour à sa routine « normale ». Le retour à son travail et aux routines sociales peut prendre de plusieurs jours à plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Le savoir peut en réduire l’impact.

 

Symptômes psychologiques négatifs post-quarantaine

La conjugaison de divers facteurs de stress peut engendrer des symptômes psychologiques négatifs après la quarantaine : troubles émotionnels, dépression, confusion, peur, colère, insomnie due à l’anxiété, mauvaise humeur, irritabilité… Ces deux dernières sont les plus répandues. Ces symptômes se réduisent avec le temps mais peuvent durer jusqu’à plusieurs mois après une quarantaine.

 

 

Quelques pistes pour favoriser le bien être en quarantaine

  

Pour le professionnel de la santé

Prescrire une quarantaine aussi courte que possible, soit à la durée scientifiquement raisonnable. Ne changez la durée qu’en cas de force majeure, et en fournissant les explications nécessaires.

Adopter une communication brève, claire et pratique sur la nature de la maladie, les raisons de la mise en quarantaine et toute autre information essentielle peut réduire les réactions psychologiques indésirables et augmenter l’adhésion du patient.

Prendre soin de soi

En tant que professionnels de santé, vous êtes également vulnérables aux effets psychologiques de la quarantaine. Prendre soin de patients malades et en détresse est susceptible de l’aggraver.

Assurez-vous dès lors de satisfaire vos propres besoins primaires (manger, boire et dormir) ; planifiez-vous régulièrement des pauses ; communiquez avec des collègues et des proches. Si vous travaillez avec des personnes infectées, abordez ouvertement avec vos proches, les risques encourus par chacun et les mesures prises pour les minimiser. Anticipez le fait que vous puissiez être mis en quarantaine séparé d’eux, s’ils n’ont pas été exposés.

  

Pour toute personne concernée 

Garder le lien social, c’est important pour soi et pour les autres

Avant la mise en quarantaine, selon les limites fixées par les autorités, la personne visée par la quarantaine devrait pouvoir dire au revoir et communiquer son état émotionnel à ses proches.

Pendant la quarantaine, il est bon de faciliter l’accès à internet et la communication à distance via les réseaux sociaux, pour éviter l’isolement, faciliter la solidarité et cultiver ce soutien moral et social. Faire preuve d’empathie, de compréhension permet de réduire le stress, favorise l’adaptation et peut améliorer le respect des consignes de quarantaine.

 

Se préparer à la quarantaine

En obtenant, si possible, toutes les ressources nécessaires pour sa durée (nourriture, produits ménagers, médicaments, …)

 

Pour garder le moral

Evitez de commenter toute l’actualité, la cohérence ou la pertinence des mesures. Focalisez-vous sur les choses qui vous ont permis de traverser avec succès d’autres épreuves difficiles passées (musique, alimentation équilibrée, un peu d’exercice, ami(e)s, …). Reconnaissez que vous faites toujours de votre mieux dans cette situation que vous ne pouvez changer.

  

Réduire l’ennui et le sentiment d’isolement

La planification d’activités pendant la quarantaine peut aider à réduire l’ennui et diminuer les ruminations autour des symptômes physiques et du sentiment d’isolement.

  

Que ce soit comme professionnel ou patient mis en quarantaine, il est normal, à certains moments, d’avoir le moral en baisse, de ressentir de l’angoisse. Si cela est récurrent, que vous avez difficile de sortir de vos émotions négatives, sans recours à des substances, il est important d’en parler et au besoin d’aller chercher de l’aide à l’extérieur. Des spécialistes sont disponibles même en période de confinement ou de quarantaine soit par téléphone, soit par vidéo. (https://covid.aviq.be/fr/trouver-du-soutien )

  

Thierry DEROUA

Criminologue

Trainer en attitude coachante

  

Source: secunews.be ©

 

 

L’action nationale de lutte contre les cambriolages, du 19 au 25 octobre !

Le SPF Intérieur organise la septième édition de l’action nationale contre les cambriolages du 19 au 25 octobre 2020 et ce en collaboration avec la police fédérale, les provinces, les zones de police, les communes, les partenariats locaux de prévention et les partenaires privés.

Sortir beaucoup moins de chez soi qu’auparavant ou effectuer du télétravail peut-il avoir une incidence sur le risque d’être victime d’un cambriolage ? La réponse est négative car les cambrioleurs peuvent en fait entrer, voler et fuir en 5 minutes. Pas besoin de longues périodes d’absence, il suffit d’aller faire une course, de conduire ses enfants à l’école ou à une autre activité pour être confronté à un vol dans son habitation.

On sait également que le nombre de cambriolages augmente au cours des mois sombres. Il est donc temps de se demander ce que nous pouvons faire pour prévenir les intrusions.

Pendant les journées courtes d’automne et d’hiver, il est en effet plus facile pour les cambrioleurs de détecter une présence ou non dans une maison : pas de lumière, volets non abaissés. Il est par conséquent nécessaire de donner l’impression que l’habitation est occupée en mettant des lampes sur un programmateur automatique ou en laissant une radio allumée.

 

 

1 jour sans CAMBRIOLAGE IBS

© SLIV-IBZ



Prévention

Prévenir un cambriolage commence toujours par la prise de bonnes habitudes : fermer les portes et les fenêtres à clé même lors d’une courte absence, dissimuler ses objets attrayants tels qu’ordinateur portable, smartphone, …

 

Pour aller plus loin et se faire correctement informer, chacun peut faire appel au conseiller en prévention vol de sa commune / zone de police. Celui-ci se déplace gratuitement pour détecter les points faibles sur le plan de la sécurisation de l’habitation et il établit des recommandations précises qui permettent de diminuer les risques de cambriolage. Ces informations ne revêtent aucun caractère contraignant, chaque citoyen est libre de décider quelles mesures de prévention il souhaite ou non adopter. Dans tous les cas, les avis du conseiller en prévention vol sont neutres et objectifs.

  

Focus sur les vols via le premier étage

Les cambriolages via le premier étage sont de plus en plus fréquents. Les résidents prennent des mesures pour sécuriser le rez-de-chaussée mais ils oublient que bien souvent le premier étage est aussi facilement accessible. En fonction de la configuration des lieux, un cambrioleur utilisera en effet tout ce qu’il aura à sa portée pour atteindre l’étage : gouttière, meubles de jardin, échelle, échafaudage, …

Sécuriser le premier étage de son habitation est par conséquent essentiel si celui-ci est aisé d’accès. De même, portes et fenêtres ne devront jamais rester ouvertes ni même en oscillo-battant.

 

Succès confirmé : les chiffres des cambriolages en constante diminution !

Les cambriolages en Belgique poursuivent leur régression. Mais chaque cambriolage est toujours un cambriolage de trop.

Cette année, les autorités locales relayeront la campagne de prévention surtout en ligne, via leur site web ou les réseaux sociaux. Crise sanitaire oblige, les actions sur le terrain seront plus limitées qu’auparavant.

La visibilité générale de la campagne sera assurée au moyen d’un affichage urbain et dans les principales gares du pays.

Nous vous encourageons à partager et liker nos publications sur les réseaux sociaux. Vous assurerez ainsi une meilleure couverture de la campagne et ensemble, nous pourrons sensibiliser davantage de citoyens à prendre des mesures de prévention efficaces contre le cambriolage.

 

Alors aimez, suivez et partagez :

www.1joursans.be

https://www.facebook.com/1joursans/

https://www.instagram.com/accounts/login/?next=/1joursans/

https://twitter.com/1joursans

 

Agissons tous ensemble, du 19 au 25 octobre, contre les cambriolages dans les habitations et collaborons à la journée d’action 1joursans !

 

Cathy GRIMMEAU

Conseiller local – DG Sécurité et Prévention– SPF Intérieur

 

Source : https://www.1joursans.be/1joursans/

 

 

 

Températures en baisse, routes glissantes, brouillard : prudence au volant !

La période automnale peut réserver aux usagers de la route des mauvaises surprises : chute brutale des températures, nappes de brouillard parfois givrant, obscurité précoce, routes glissantes suite à des feuilles mortes ou de la boue, et selon les régions, présence de neige verglaçante voire du verglas.

 

Pharmacie ibs

© Patrick Decorte

 

 

Comment ne pas être surpris et risquer un accident ?

 

Véhicule en ordre + équipements appropriés

• Un rapide check des phares, batterie, pneus (état général, pression, profondeur de sculpture des pneus), balais d’essuie-glaces, niveau et antigel du liquide du lave-glace, etc. n’est certainement pas inutile … 

• Prévoir aussi une bombe de dégivrage pour les serrures, lampe de poche, racloir, produit de dégivrage du pare-brise et câbles de démarrage.

 

Pneus hiver bienvenus …

• En-dessous de 7 degrés, les professionnels conseillent les pneus hiver : traction et freinage plus efficaces, évacuation plus rapide de l’eau et de la neige, risques d’aquaplanage moindres …

• Avant d’acheter des pneus à clous et chaînes antidérapantes, tenez compte des limitations de circulation en Belgique et à l’étranger : la règlementation concernant les pneus hiver, les pneus quatre saisons, les chaînes neige et les pneus cloutés varie selon les pays.

 

Emploi des feux de brouillard

• Les feux de brouillard arrière doivent être utilisés uniquement en cas de brouillard et chute de neige limitant la visibilité à moins de 100m et lors de fortes pluies.

• Les feux de brouillard avant ne peuvent être utilisés que lors de brouillard, chute de neige ou forte pluie, quelle que soit la distance de visibilité, mais attention à ne pas éblouir les autres usagers !

 

Adapter sa conduite !

• Redoublez de prudence aux entrées et sorties d’autoroutes, au-dessus et en-dessous des ponts, dans les sous-bois ou les zones ombragées exposées aux vents.

• Si la chaussée est glissante, gardez une distance suffisante par rapport aux autres véhicules, adaptez votre vitesse et roulez souplement, sans coups de volant ni freinage brusques.

• En cas de brouillard, augmentez la distance avec le véhicule qui vous précède, allumez vos feux de croisement et de brouillard avant et arrière et réglez votre vitesse à votre champ de visibilité.

 

Christian ARNOULD
Commissaire divisionnaire er

Source: secunews.be

 

 

N’oubliez pas de protéger votre smartphone !

Outil quotidien incontournable, notre smartphone est actuellement devenu indispensable pour rester en contact avec les membres de notre famille, les amis mais aussi, nos collègues de travail. Mais le protéger en cas de perte ou de vol est essentiel. Comment procéder ?

Mais la perte ou le vol de notre smartphone peut aussi avoir des conséquences graves parce qu’il contient désormais de nombreuses informations. Outre le fait de perdre l'accès à toutes nos données, nous risquons que son nouveau détenteur puisse sans difficulté les consulter et les exploiter à des fins frauduleuses si nous n’avons pas été attentif à leur sécurité.

Nous vous donnons donc une série de conseils pratiques.

  

IBS VOL SMARTPHONE

© IMPACT360

 

La perte ou le vol de son appareil mobile et, par conséquent, l’usage frauduleux de données privées et professionnelles, peut être extrêmement dommageable à la victime. Comment protéger efficacement son dispositif ? Nous proposons quelques conseils pratiques permettant de le paramétrer efficacement afin d’augmenter les chances de récupération, ou au pire, de limiter les dégâts en cas de vol/perte. Un prochain article se focalisera quant à lui sur les réactions à adopter si malgré tout vous veniez à perdre votre appareil ou à vous le faire voler.

 

Comment bien configurer son téléphone

  • Activez le verrouillage automatique de votre smartphone de manière à ce qu’il ne soit plus accessible après quelques secondes.
  • Pour y accéder, utilisez un code chiffré de minimum 6 caractères.
  • Activez l’identification avec empreinte digitale si cette option est disponible
  • Installez une application anti-virus.
  • Evitez de mettre en mémoire vos identifiants et mots de passe ou de stocker des petits mémos contenant des informations en rapport avec vos moyens de paiement comme des numéros de carte ou encore des codes pin.
  • Vérifiez les autorisations données aux applications installées et désactivez la géolocalisation lorsque cette fonction n’est pas indispensable (réseaux sociaux, messageries, jeux …)
  • Limitez le stockage à la mémoire interne du téléphone. La carte mémoire de type SD que vous aurez installée peut stocker vos morceaux de musique favoris mais évitez d’y sauvegarder des photos ou des vidéos.
  • Vérifiez si les sauvegardes automatiques de vos données sont bien activées. Cela vous permettra de les retrouver dans Google Drive ou iCloud.

 

Pour se préserver, en cas de perte ou de vol

Conservez les informations techniques de votre téléphone comme le numéro IMEI ou encore le numéro de votre carte SIM. Ces informations permettront à votre opérateur de bloquer votre numéro et elles seront reprises dans le PV de votre plainte à la police.

Vous pouvez activer le cryptage des données dans les réglages de votre appareil.

Gardez la géolocalisation active dans la rubrique « sécurité » des réglages sous Android et dans « Confidentialité » pour un iPhone. Ce qui vous permettra de contrôler les contenus à distance en cas de perte ou de vol. Si votre téléphone fonctionne sous Android, via votre ordinateur, en vous connectant à l’adresse mail associée, vous pourrez visualiser en temps réel, les informations liées au téléphone.

Sous Android, vous pouvez aussi installer une application qui vous permettra de détruire les données à distance. Comme, par exemple « Android Lost ». Une application qui peut même être utilisée après la perte ou le vol de votre téléphone.

 

Il vous suffit de vous connecter au Google Play en utilisant le même identifiant et mot de passe que celui qui était configuré sur le téléphone et, toujours avec ces mêmes données d’identité, de vous connecter sur le site androidlost.com. Vous pourrez interagir avec votre téléphone même s’il n’est pas connecté à Internet.

D’autres applications antivol sont également disponibles, comme « Cerberus ».

 

Le code IMEI : à quoi correspond-il ? Comment le retrouver ?

L’IMEI est le numéro d’identification unique qui est associé à votre téléphone et qui permet à votre opérateur de l’identifier sur son réseau. Il est composé d’une quinzaine de chiffres.

Vous trouverez ce numéro sous la batterie. Et pour les téléphones ne permettant pas un accès à cette batterie, comme les iPhones, vous pouvez visualiser l’IMEI, dans les réglages, en cliquant sur l’onglet « Général » et ensuite, sur « Informations ». Vous pouvez également le découvrir en composant le code *#06# sur le clavier des appels.

Ce code est également présent sur la boite qui contenait votre téléphone lors de l’achat. Il est donc important de la conserver.

En cas de perte ou de vol, votre opérateur peut ajouter le code à sa liste de téléphones concernés par cette situation. Ce qui en bloquera l’usage sur son réseau.

 

Olivier BOGAERT

Commissaire de Police – Police Fédérale - DJSOC

Chroniqueur "Surfons tranquille" sur Classic 21

Source: secunews.be

 

 

Protégez efficacement votre camionnette contre le vol de matériel

Vous stockez du matériel professionnel dans votre véhicule ? Que celui-ci soit stationné durant un court laps de temps ou non, lors de travaux, une livraison ou pendant la nuit, la vigilance est de mise. Des conseils précis pour vous épargner le vol d'outillage. 

Un certain nombre de ces recommandations ont été reprises du flyer de prévention en la matière créé par la Province de Flandre occidentale, Bouwunie et Unizo.

 

ibs camionette vol

 © Secunews



Sécurisez votre véhicule

• Veillez à fermer votre camionnette à clé, y compris pour les arrêts de courte durée.

• N’oubliez jamais les clés sur le contact.

• Ne laissez aucun matériel coûteux dans le véhicule ou arrangez-vous pour qu’il ne soit pas en vue.

• Investissez dans de bonnes serrures anti-perçages supplémentaires.

• Optez pour une place dans un garage sécurisé ou près de votre domicile.

• Circulez si possible en camionnette non lettrée.

 

Lors de vos déplacements

• Ne laissez jamais les clefs de votre véhicule sans surveillance.

• Garez-vous de manière à ce que la porte de (dé)chargement soit du côté chantier.

• Si vous vous parquez dans une allée, rapprochez l’ouverture le plus près possible d’une porte ou d’un mur.

  

Prenez le temps d’inventorier et de marquer vos outils

• Apposez une marque personnalisée sur tous vos outils avec de l’encre indélébile. Cela compliquera la revente du matériel volé et facilitera l’identification si le matériel est retrouvé.

• Notez consciencieusement le numéro de série ou tout indice permettant d’identifier le matériel.

• Prenez des photos et faites un inventaire complet de votre matériel. C’est le meilleur moyen de fournir une description complète à la police en cas de vol.

• Renseignez-vous auprès de votre assurance afin de déterminer la couverture optimale dans votre cas.

 

Investissez dans un système d’Asset Tracking

• Il existe aujourd’hui des mini-émetteurs à placer dans des outils tels que perceuses, rallonges, générateurs, fraiseuses, matériel électrique et autres outils manuels. Cela permet de tracer le matériel en cas de perte ou de vol.

• Pour une grande quantité d’outils, régulièrement dispersés sur plusieurs chantiers, il se développe des systèmes d'asset management automatisé. Outre la sécurisation des vols, ces systèmes permettent de répertorier le matériel et offre d’autres options comme la gestion de la maintenance.

• Renseignez-vous sur les avantages fiscaux existants lors de l’installation d’un système antivol.

  

Michèle ORBAN

Consultante et formatrice en veille informationnelle

 

Source: secunews.be ©

 

Page 1 sur 20

A propos

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be