Carjacking : les bons réflexes en cas d’attaque

 

Sans devenir obsédé par les agressions lorsqu'on est au volant, rester vigilant permet de diminuer les risques de carjacking. Mais comment réagir en cas de menace effective, voire lorsqu’on est victime d’une attaque ?

IBS

© Patrick Decorte

 

Un premier article a brièvement explicité la notion de carjacking (ou le vol d’un véhicule avec violences ou menaces envers le conducteur) en le différenciant du home-jacking (vol avec violences, à l’intérieur d’une habitation, des clés d’un véhicule pour s’en emparer) et du vol garage (vol d’un véhicule mais sans contact avec la victime). Nous avons également vu les bonnes habitudes à prendre avant de partir en voiture, ainsi que lors des déplacements sur la route.

En fonction des circonstances, certaines personnes peuvent courir un risque effectif d'être carjacké : quelles précautions spécifiques doivent-elles prendre au quotidien ? Et dans le cas d'une attaque soudaine, quels sont les bons réflexes ?

 

Détecter les risques de carjacking

 

Un tiers vous provoque

Si en cours de route, un autre automobiliste ou un piéton s’énerve et vient vous provoquer lorsque vous êtes à l'arrêt, évitez de sortir de votre véhicule. Ignorez ses provocations, gardez votre sang-froid et restez assis dans votre voiture, portières verrouillées et vitres relevées.
Sans oublier notre conseil précédent : ne pas se retrouver bloqué entre deux voitures. Gardez toujours un minimum de distance avec le véhicule qui vous précède afin de pouvoir vous dégager rapidement.

 

En cas de léger accrochage

Il peut arriver que votre véhicule soit légèrement heurté, dans une file par exemple. Restez assis dans votre voiture et attendez que l’autre automobiliste vienne vous parler. N’ouvrez que légèrement la vitre pour discuter avec lui.

Si la situation vous paraît normale, faites les constatations d’usage mais après avoir coupé le contact et verrouillé vos portières.

Ne quittez pas votre véhicule si les circonstances et/ou le comportement des occupants de la voiture qui vous a heurté, vous semblent suspects. Si vous vous sentez menacé, prévenez la police par GSM et attirez l’attention des autres usagers par tous les moyens : feux de détresse, klaxon, alarme du véhicule

 

Vous comptez reprendre votre voiture

Vous vous dirigez à pied, vers l’endroit où votre voiture est garée, qu'il s'agisse d'une aire de parking ou sur la voie publique. Ne sortez vos clefs qu’au tout dernier moment, après avoir vérifié qu'aucune personne au comportement suspect ne se trouve à proximité de votre véhicule. Si c’est le cas, rebroussez chemin pour revenir un peu plus tard.

Si vous constatez ensuite que le ou les individus sont toujours sur place sans raison apparente, appelez un service de police.

Et lorsque vous garez votre véhicule, rappelez-vous notre conseil : privilégiez les aires de stationnement et les parkings fréquentés et bien éclairés.

 

Lorsque vous rejoignez votre domicile

Ayez aussi le réflexe, lorsque vous rentrez chez vous, en particulier la nuit tombée, de vérifier si vous n'êtes pas suivi (par une voiture, une moto, ...) et assurez-vous qu'il n'y a rien d'inhabituel aux alentours. Si vous avez le moindre soupçon, continuez votre route sans marquer d’arrêt.

Selon les circonstances, ne prenez pas de risques : soit revenez un peu plus tard et contrôlez qu’il n’y a plus rien de suspect, soit contactez le commissariat de police le plus proche.

 

Comment réagir en cas d’attaque ?

  • Ne résistez pas, votre vie est bien plus importante que votre auto. Evitez toute confrontation physique et donnez vos clés de voiture
  • Ne tentez pas de discuter ni d’impressionner les auteurs, obéissez à leurs ordres sans plus
  • N’ayez pas le réflexe de vous placer devant la voiture pour empêcher leur fuite, ni de vous accrocher au véhicule … Certaines victimes ont ainsi été traînées sur une certaine distance et gravement blessées
  • Avertissez la police le plus rapidement possible et donnez-lui tous les détails que vous auriez pu retenir, malgré le stress dû à l’agression
  • Les services de police auront beaucoup plus d’atouts dans leurs recherches si vous avez conservé chez vous, comme nous l’avons souligné précédemment, une copie de vos documents de bord et d'identité, la facture d'achat ainsi qu'une photo récente du véhicule.

 

Nous n’abordons pas ici les systèmes embarqués qui permettent, après le vol, soit d’immobiliser le véhicule, soit de le localiser avec précision. Relisez au besoin les articles précédents consacrés aux systèmes Track and Trace.

 

En bref, si le risque de carjacking est important

Sans tomber dans l'obsession d'une agression, il est possible qu’en fonction des circonstances et des lieux, vous estimiez courir un risque plus important de carjacking.

Dans ce cas, prenez un maximum de précautions et suivez strictement tous les conseils de prudence émis dans notre article précédent :

  • avant de partir en voiture,
  • durant les trajets,
  • au moment de reprendre votre véhicule,
  • en cas d’incident dans la circulation et lorsque vous rentrez chez vous.

 

En outre, compte tenu du risque effectif d'agression :

  • variez systématiquement vos itinéraires et vos horaires pour vous déplacer
  • jetez régulièrement un coup d’œil dans le rétroviseur afin de repérer une voiture (ou une moto …) qui vous suivrait de manière suspecte. Si c’est le cas, ne rejoignez pas votre domicile ou votre bureau mais un commissariat de police où vous pourrez communiquer certains détails au sujet du véhicule suspect et ses occupants.

 

Christian ARNOULD
Commissaire divisionnaire er

Source: secunews.be